C'est peu dire que j'entretiens des rapports circonspects avec la race canine; un chien, c'est avant tout 12 rangées de crocs baveux truffés de germes, une mâchoire conçue pour broyer un porte-avion, des petits yeux très cruels avec une tête de mort à la place de la pupille, une tumeur maligne logée en plein cerveau (et qui grossit au fil du temps), le tout monté sur 8 pattes, et enveloppé d'une espèce d'étoupe rèche et malodorante. sant_

Aux jeux olympiques d'hiver de Saporo, en 1972, j'ai remporté la médaille d'or de saut à ski. Une espèce de mâtin de Naples était à mes trousses, et je me suis retrouvée par hasard sur la rampe de lancement.

Mon record reste invaincu.

C'est vous dire mon bonheur lorsque mon ami Paul m'a demandé de veiller sur Léon Blum pendant 3 jours.

Léon Blum est un énorme machin d'environ 700 kilos, d'une couleur indéfinie, vaguement repoussante, et totalement inédite. Maronnasse est le premier mot qui me vient à l'esprit. Maronnasse, c'est le "bleu Klein" de Léon Blum, une marque déposée à sa naissance. Depuis, quelques autres représentants de l'espèce ont tenté de la reproduire, sans succès. Sur la porte d'entrée de mon ami Paul, un écriteau signale "attention, chien bizarre"; et lorsque vous prenez le risque de sonner, le galop des septs mercenaires annonce dans la seconde l'arrivée de Léon Blum, qui est un chien vif malgré les apparences.

Mais je ne peux rien refuser à Paul, ne serait-ce que parce qu'il a des mains comme des battoirs, qu'il peut lâcher Léon Blum sur mes traces à tout instant, et que je lui dois depuis la guerre des Gaules une forte somme d'argent, dont les intérêts suffiraient à entretenir la ville de Chicago pendant toute une saison.

Blumfrontpop36Je me suis donc confortablement installée dans la maison de mon ami Paul, résignée à trainer sur mes talons un gros paillasson crotteux de couleur indéfinie pendant ces quelques jours. Car Léon Blum est un affectif. Pire encore, il m'aime d'un immense amour canin, et ne me lâche pas des pupilles. Lorsque je suis à la salle de bain, il monte la garde dans le couloir. Et si par mégarde je ferme mal la porte, je le retrouve dans la cabine de douche. C'est d'ailleurs assez saisissant de découvrir cet énorme machin poilu au fond du bac; sans parler de cette phrase surréaliste que vous devez prononcer à voix haute: "sors d'ici, Léon Blum!".

Bien que Léon Blum soit un molosse plutôt bonasse, je ne perds jamais de vue son fantastique pouvoir de dissuasion, il pourrait gober mes deux jambes rien qu'en baillant. J'ai donc passé la première soirée en sa compagnie totalement figée devant le feu de cheminée, la nuque aussi rigide qu'on gros morceau de siporex. Mais le pire, face à une telle menace, reste la nuit. Car vous ne savez jamais exactement où elle se cache (la menace, pas la nuit). Malgré sa taille de bison, Léon Blum maîtrise parfaitement la téléportation silencieuse. C'est ainsi que, saisie au beau milieu de l'obscurité par une envie subite de me rafraîchir le visage dans le lavabo des toilettes, j'ai marché sur le dos de Léon Blum, qui s'était glissé au pied de mon lit à la faveur de la pénombre nocturne. Il s'est instantanément redressé, et j'ai eu tellement peur que j'ai crains un instant que mes sphincters ne se relâchent. Mais j'en ai vu d'autres (ne serait-ce que Joe Pesci au petit-déjeuner). J'ai braillé: "putain, Léon Blum! Merde!", avant de lui signifier son congé, et j'ai vu son énorme derrière poilu disparaître dans l'encadrement de la porte. Le derrière, mais pas la queue. movie_10commandments_01

Car Léon Blum s'était discrètement couché dans le couloir, pas trop loin.

Comme à contrecoeur.

Au petit matin, encore enveloppée d'un nuage rêveur et vaporeux, j'ai soulevé une paupière molle. A deux centimètres, la grosse tête de Léon Blum, posée sur le rebord du lit comme une flaque pleine de touffes, me fixait de ses deux grands yeux mouillés. Mon pacemaker a produit un son de guimbarde, j'ai fait un triple axel arrière en diagonale dans un style très personnel, et me suis retrouvée accrochée, par réflexe, au plafonnier. Léon Blum a suivi toute la manoeuvre rien qu'avec les yeux. Sa tête n'a pas dévié d'un iota, je crois qu'elle est trop lourde.

"putain, Léon Blum, merde!".

"Wouffff!" a-t-il aussitôt protesté. Et j'ai compris qu'il avait faim, car il regardait mes membres avec une attention soutenue et suspecte. Je suis descendue à toute berzingue à la cuisine, nue comme un ver, coiffée comme un empereur Romain période décadante, avec Léon Blum aux fesses. Lorsqu'il a faim, Léon Blum retrouve une motricité de gazelle, et vous avez tout intérêt à lui fournir dans la minute un flanc d'orignal ou quelque chose d'approchant. Sinon, il vous en cuira, tudieu peste. J'observai l'incroyable pouvoir de mastication du monstre quelques instants, frissonnai vaguement, et montai prendre ma douche. Quelques secondes plus tard, alors que leon_blumje coulais de paisibles instants sous l'eau tiède, j'entendis la porte s'ouvrir. Dans un petit grincement discret et furtif.

Léon Blum, plus opiniâtre que jamais, était de retour.

Je ne me souviens plus très bien de la suite. Je crois qu'il m'a tendu la serviette, et qu'il m'a séché les cheveux, avec les attentions d'une duaigne. Il se peut même qu'il ait fredonné une chanson de Frank Sinatra. Je n'ai aucune certitude, bien entendu; tout se passait comme dans un rêve. Mais il me semble que c'est arrivé comme ça.

Le reste du séjour fut à l'avenant. Je suis allée au cinéma avec Léon Blum, j'ai joué au scrabble avec Léon Blum, fait une bataille de boules de neige avec Léon Blum. Nous avons feuilleté la presse ensemble, et nous avons eu un échange assez vif sur les origines de la poésie Galloise. Léon Blum pense qu'elle trouve ses sources dans les "mabinogion", ce en quoi je ne suis pas tout-à-fait d'accord. Mais Léon Blum sait de quoi il parle, sa pelisse maronnasse est de la même couleur que la jupette en peau de cwecht yggyrfffw, le seigneur de l'autre monde.

En outre, elle sent aussi la crotte sèche de canard, ce qui est un signe des dieux.