mercredi 18 octobre

TeMpêTe à ParOs, T'eN ChiEs en ScOOteR (oh que c'est raffiné, ça)

             Je suis assez habituée aux engins forgés dans les ateliers du démon; j'y suis même tellement habituée que lorsqu'un appareil fonctionne correctement, je m'attends à ce qu'un rocher me tombe sur la tête, ou qu'un espace béant s'ouvre sous mes pieds, afin de rétablir l'équilibre de mon kharma. Ami, sache que si tu voyages avec moi, tu dois t'attendre à mille péripéties amusantes (je signale à ce sujet que le ferry LePirée-Paros a fait demi-tour en pleine mer Egée à 2.00 du matin... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 09:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

mercredi 06 septembre

To Spiti MoU

Spiti mou ; c’était ma maison à flanc de colline. Je la regarde une dernière fois, je regarde sa porte bleue, ses murs chaulés, son auvent de bambous, dans lesquels s’activent les gros bourdons noirs, indifférents à mon départ. Elle scintille dans le matin, enveloppée de mer et des bruits de l’air, j’entends l’écume lécher le sable dans la baie. Sur la terrasse, il y a une grosse jarre donnée par Bapous un soir de jasmin, je la laisse à Carine. Je n’ai pas de meubles à emmener, je n’emporte rien ; le lit, chaulé lui aussi, faisait... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 15:44 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
mardi 01 août

Une ParenThèsE

Ce matin, il neige encore à Istambul; des nuages plein d'une eau froide et teigneuse trempent le bord de la lune, elle est encore visible dans l'aube déchirée par la voix du muezzin. Comme chaque jour depuis mon arrivée, je m'étire dans ma colère et je me déplie lentement au creux du lit humide; comme chaque jour, je n'ai rien de particulier à faire, je vais aérer mon humeur sombre et trainer dans cette vieille orientale sans la regarder, sans même l'approcher. Je ne suis pas ici pour les odeurs, ni pour les couleurs, ni pour... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 10:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
mardi 18 juillet

AtheneS

Une fois dans l'hiver, pour Noel, je vais à Athènes. J'aime cette ville, je m'y sens bien. C'est une pieuvre, une ruche à flot, la frontière impalpable entre l'orient et l'occident. Vangelis m'attend sur le quai avec sa vespa rouge; son visage s'éclaire et ses yeux gourmands se plissent lorsqu'il me voit descendre du pont. Mon ventre chauffé à blanc. Il rit en me caressant la joue, il rit tout le temps. "elà; pame tora, pascalitsamou" (allez, allons-y, ma petite coccinelle). J'aime sa pudeur. Nous n'avons... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 17:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
mardi 18 juillet

KittA le ChienJaunE

En Grec, "kitta" veut dire "regarde". C'est le nom du chien jaune, il m'a été confié par Martiens, qui ne peut vivre l'hiver dans l'île à cause de sa maladie. Il y fait trop froid et trop humide, ça le tuerait trop vite; et Martiens veut profiter des couleurs avant de s'en aller. Il part donc passer les 4 mois les plus difficiles en Hollande, et laisse derrière lui et devant moi le chien Kitta. Kitta est une patate montée sur quatre bretzels, un animal difforme, haut sur pattes, avec une mâchoire de... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 17:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 18 juillet

KaloTaxidI

Des bateaux qui passent dans la nuit. amenez moi cet horizon; j'arriverai par la mer, je prendrai le grand ferry blanc, celui qui ronronne en attendant l'écume. J'ai encore mon billet de passage, 3 morceaux de papier agraphés des lignes Agapitos. Je voyage sur le Posidonis Express. 4700 drachmes, c'est peu cher payé pour laisser Poseidon me porter. A cette époque de l'année, au mois de Fevrier, nous sommes peu nombreux sur le pont. La mer n'est pas encore douce, il fait froid, il pleut une eau lourde et glacée et le... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 18 juillet

Horis ZacharI

En hiver, je travaille au Remmezzo. C'est un petit café légèrement en retrait sur le front de mer, un des seuls à rester ouvert toute l'année. J'ouvre chaque matin à 8.00, 8.30, Michalis n'est pas très à cheval sur les horaires. L'essentiel est que tout soit prêt lorsqu'il arrive, bougon, mal rasé, encore tout ruisselant de sommeil; le petit réchau allumé pour le café Grec et le chauffage en route. Il faut faire attention à la chaleur, les hivers sont courts mais très humides, le froid salé pénètre les os et colle les... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 18 juillet

KalinichtA

Je suis venue en Grèce parce qu'il le fallait, tout simplement. Le jour où j'ai pris ma décision, je n'ai pas réfléchi. C'était une évidence. Je venais de rentrer chez moi, je regardais les montagnes qui me barraient le chemin de la mer, le corps encore plein de sel, et tout mon ventre s'est noyé de certitude. Englouti. J'étais en amour depuis 16 ans avec ces rochers bleus enfumés de mirages; quand je touchais leurs sols du bout de mon orteil, je sentais tout se déployer au fond de moi, je pouvais fouiller le ciel de mes poings sans... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 18 juillet

L'EaU

L'eau. L'eau est ce qu'il y a de plus important ici, dans ce pays entouré de mer. Autour de la maison, avant de partir, Vangelis a semé partout de gros bidons bleus pour la recueillir les rares jours de pluie. Lorsqu'ils sont plein, j'en garde un pour le "jardin", un nom un peu pompeux qui désigne un petit carré d'herbe devant la terrasse en ardoise, et je vide les autres dans la vieille citerne en ciment. En été, il nous arrive parfois d'être rationnés. Un peu le matin, un peu le soir, et si je rate l'heure... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 18 juillet

KaKapétrA

Kakapetra. En Grec, ça veut dire "mauvaise pierre"; c'est ici que je vis, au-dessus du village, au-dessus de la mer, tout contre la montagne. Mauvaise pierre, à cause des scorpions. Le coin en est truffé, sous les cailloux, sur le chemin, dans les chaussures, ils sont partout. Si l'un d'eux est entré dans la maison, il ne faut surtout pas l'écraser. L'odeur qu'il dégagerait attirerait les autres. Il faut le pousser avec un balai, un bout de carton, ce qu'on a sous la main. Et dormir en sachant qu'il est là.... [Lire la suite]
Posté par Melle BillE à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]